UNESCO.ORGL'OrganisationEducationSciences naturellesSciences socialesCulture Communication & Information Services
Accueil Livres Hors collection Multimedia Périodiques Offres spéciales Cartes Presse Votre commande À propos...
  Offres spéciales
Farnatchi

20,50 € €
   
Des idées aux actes : 70 années d’UNESCO

28,00 € € / 19,60 € €
 
   
Vers les sociétés du savoir

25,00 € € / 17,50 € €
 
   
Musiques africaines

14,80 € € / 10,36 € €
 


   Vous souhaitez adhérer ?
   Inscrivez-vous!

   Vous êtes adhérent ?
   Accédez à votre compte

 
 
 

Montesquieu, Rousseau, Diderot : du genre humain au bois d'ébène - Les silences du droit naturel

« (…) L’auteur s’interroge sur les raisons qui ont poussé trois grandes figures de la philosophie "du progrè" à justifier l’injustifiable. Quel est leur positionnement théorique face à la monstruosité du Code noir ?
"Indignation ? Critique des préjugés théologiques, politiques et historiques ? Non, mieux que cela, un silence étourdissant." (…) L’analyse des textes choisis de Diderot, Montesquieu et Rousseau révèle les arcanes d’une pensée qui "jamais ne se sépare d’un ethnocentrisme « blanco-biblique » qui autorise sinon justifie la disparition du Noir du droit naturel".. »

Marie-Christine Simonet, Le français dans le monde

« Considéré comme un des grands mouvements intellectuels progressistes, ce qu’on a appelé le siècle des Lumières a apparemment contribué à promouvoir une forme de pensée discriminatoire à l’égard de l’homme noir. Est-ce vrai ? Que disent les philosophes face à la traite des Noirs, à l’esclave afro-antillais enchaîné ? L’auteur réserve des surprises pas toujours agréables pour les admirateurs de ce ‘siècle des Lumières’ ! » 

Le Mois à l’UNESCO, Centre catholique international de coopération avec l’UNESCO

Dédicace de l’auteur pour Radio France :
« Mon livre est consacré aux "Ombres des Lumières". Il n’est pas question d’un quelconque tribunal, de sentences distribuées depuis le confort d’une démocratie moderne. J’ai voulu établir comment l’universalité du droit naturel s’accommode de la territorialisation de l’esclavage avec des procédés divers : empire du climat (Montesquieu), absence de perfectibilité (Rousseau), hiérarchisation des espèces (Diderot). Aucune des grandes figures des Lumières n’affronte directement la Traite, non parce que l’énoncé des principes suffirait à condamner les faits, mais plus prosaïquement parce que l’identité du Noir est celle d’un corps objet. Rien d’étonnant alors que le langage de la "miséricorde et de la pitié" soit le seul moyen utilisé pour parler de l’administration des colonies… Voilà qui change bien des habitudes de lecture et invite à une plus grande prudence en matière de "louanges". » (Laurent Estève)  

« Questionnement du discours, de l'imaginaire et de l'éthique des grandes figures intellectuelles de l'Europe des Lumières : Montesquieu, Rousseau et Diderot qui fait apparaître les incertitudes du droit naturel et les arcanes d'une pensée qui autorise sinon justifie la disparition du Noir du droit naturel. »

France Culture

« Issu d’une thèse de philosophie soutenue à Toulouse sous la direction de Louis SalaMolins, ce livre a pour ambition de souligner le préjugé anthropologique des philosophes des Lumières qui exclut le Noir de la sphère du droit naturel. Si la condamnation de principe de l’esclavage par les Lumières n’est pas suivie d’attaques explicites contre le Code Noir et la traite, ce n’est pas, soutient Laurent Estève, parce qu’il y aurait un écart entre la fermeté des principes et une timidité pratique qu’auraient alimenté l’éloignement géographique et un manque d’information, mais parce que l’universalisme proclamé de ces principes ne concernerait en pratique qu’une partie de l’humanité : le « blanc ». (…) Comme il s’en explique dans une note pp. 93-94, il a voulu appliquer aux Lumières " ce qu’elles ont tenté de réaliser, à savoir la possibilité de se retirer du mouvement de l’histoire pour la juger à l’aune des principes du droit naturel. " »

Yann Fauchois, Historiens et Géographes

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Les Éditions UNESCO | Distribution et Partenaires | Droits et autorisations | Achats et sécurité | Documents | Bibliothèque | Nous contacter